Passer au contenu

/ École d'urbanisme et d'architecture de paysage

Rechercher

Nouvelles

Philippe Poullaouec-Gonidec, directeur de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, est invité par l’UNESCO à partager...
Michel Max Raynaud reçoit une subvention du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) de 842 000 $ avec le soutien de la...
L’ouvrage Designer urbain, dans la collection Profession des Presses de l’Université de Montréal, a pour objectif de montrer la nature d’une...
Retinventing Cities permet à des équipes multidisciplinaires d’innover et mettre en œuvre des idées qui auront un impact positif sur l’environnement...
La congestion routière et la pollution qui en découle requièrent le développement des transports alternatifs et des actions plus cohérentes sur le territoire, selon le professeur Juan Torres.
La Commission canadienne pour l’UNESCO (CCU) a réalisé une vidéo sur la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal...
Isabelle Thomas, professeure à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage, est invitée à donner une conférence au « 12th International Symposium...
L’édifice dans lequel se trouve actuellement Télé-Québec tombera dans les mains du gouvernement qui relocalisera quelque 745 fonctionnaires provinciaux d’ici 2020. Pour la mairesse de Montréal, la relocalisation de centaines de travailleurs dans le Centre-Sud créera un pôle qui appellera à la valorisation de cette portion du centre-ville.
Robert Kasisi a été nommé, en 2014 pour un mandat de quatre ans, expert du Task Force de l’IPBES (Intergovernmental Platform on Biodiversity and...
Après les conclusions du rapport sur l’effondrement du viaduc de la Concorde survenu en septembre 2006, les règles d’attribution des contrats de services octroyés à des organismes publics étaient basées sur la qualité des services professionnels d’architecture et d’ingénierie. Aujourd’hui, le gouvernement  s’apprête à modifier les règles permettant ainsi au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports et à la Société québécoise des infrastructures d’accorder des contrats de services professionnels en favorisant le plus bas soumissionnaire et donc au détriment de la qualité.